Chaque mois, 1 à 6 choses que j’ai entendues, lues ou vues et qui m’ont plues. En tout cas, qui me semblent suffisamment intéressantes ou importantes pour les partager avec vous.
Every month, 1 to 6 things that I have heard, read or see and that’s I liked.
Everything that’s important enough for me to share with you.

JANVIER /JANUARY 2022 # 208

 

1. Dans son dernier livre, Antoine d’Agata pousse la photographie dans ses retranchements, se défait du médium pour revenir au brut. Les textes de Charles Baudelaire dialoguent avec des photographies devenues gravures par l’usure, la manipulation, où les corps se mélangent pour laisser place à la poésie du corps.
Pour Charles Baudelaire, le medium photographique ne sera longtemps pas un art mais un simple moyen technique de représentation du réel. Comme un contrepied à Baudelaire, d’Agata retravaille ici ses propres photographies par l’intervention digitale pour retourner à la gravure, comme pour passer du pixel au trait de l’époque sur papier bible; 1ère édition tirée à 2 000 exemplaires, photos en n.b. 45€ chez eyes publishing.
https://theeyes.eu/shop/fleurs-du-mal-4/


2. L’exposition « Bureau d’investigation du sacré » du 7 au 23 janvier 2022, l’École des Arts Décoratifs interroge l’inscription du sacré, du spirituel et des religions dans la création contemporaine. Design, sculpture, performances, vidéos, installations, l’exposition « Bureau d’investigation du sacré » investit deux lieux symboliques : l’ancienne Sacristie du Collège des Bernardins, prologue de l’exposition, et la nef des Grandes-Serres de Pantin qui rassemblera plus de trente jeunes artistes aux pratiques variées.
https://www.collegedesbernardins.fr/


3. A ne pas rater à la Galerie Polka : pour la première fois en France, la nouvelle série The Day May Break de Nick Brandt. il y a vingt ans, le photographe britannique réalisait ses premières photographies d’animaux sauvages en Afrique : une ode à un monde en train de disparaître.
« J’ai perdu beaucoup de temps sur ces projets, alors même que la destruction de l’environnement s’accélérait de façon exponentielle et qu’il y avait urgence à traiter plus frontalement ce sujet. » De ce constat sont nées Inherit the Dust (2014) et This Empty World (2019), deux séries qui traitent de la destruction par l’Homme la faune africaine, habitat naturel des espèces animales, et de la disparition de la biodiversité. Il s’agit également de mettre en lumière une évidence : les hommes, au même titre que les animaux, sont menacés par le changement climatique.
« A terme, cela va affecter chaque espèce, chaque être humain sur la planète. C’est pourquoi j’ai eu l’idée de The Day May Break. J’ai la chance que mes travaux plus anciens me permettent aujourd’hui de financer les nouveaux, plus difficiles et engagés.  » The Day May Break est le premier volet d’une série qui réunira espèces animales et être humains impactés par des désastres climatiques dans le monde entier. Ces photographies ont été réalisées en 2020 au Zimbabwe et au Kenya, dans des sanctuaires, refuges et réserves sauvages. Chacun de ces portraits respire la dignité dans l’épreuve et surtout l’espoir.
« Ce que je cherche à montrer, c’est que la vie prend le dessus. Ces gens et ces animaux ont survécu, leur résilience force le respect. »
Nick Brandt, déjà engagé dans la structure qu’il a cocréée en 2010, la Big Life Foundation – dont l’objectif est la protection de plus 650 000 hectares contre le braconnage au Kenya et en Tanzanie –, a prévu cette fois de reverser un pourcentage de ses ventes à ses modèles. Une façon d’agir face à ce qu’il qualifie volontiers d’« écocide » de la planète et contre lequel il invite chacun à prendre ses responsabilités. « Nous pouvons agir pour limiter le mal déjà fait et sauver des vies. Du moins, j’y aspire et je formule ce vœu dans l’avant-propos de mon livre The Day May Break : “Le jour peut se lever… sur une terre en ruine. Ou le jour peut se lever sur une nouvelle aube. C’est à l’humanité de choisir. C’est à nous de choisir.” »
https://www.nickbrandt.com/the-day-may-break/
http://www.polkagalerie.com


4. Derniers jours jusqu’au 16 janvier pour l’exposition exceptionnelle de l’œuvre de John Coplans (1920‑2003) à la Fondation HCB en collaboration avec Le Point du Jour, centre d’art éditeur à Cherbourg-en-Cotentin. Les œuvres exposées, issues exclusivement de collections françaises, témoignent de l’audace de l’artiste britannique, célèbre pour la représentation, sans concession, de son propre corps. Présenté comme un objet premier, singulier et impersonnel, le corps est pour John Coplans le support d’une exploration jubilatoire, sans cesse renouvelée, de la vie des formes.
https://www.henricartierbresson.org/


5. La prochaine exposition de la Maison de l'Amérique latine, à découvrir dès le 27 janvier 2022, est dédiée au travail de l’artiste franco-mexicaine-américaine Alicia Paz qui invite à partager ses interrogations sur une histoire transculturelle, collective et intime des femmes réalisé en azulejos.
Alicia Paz réunit des femmes issues d’époques, de cultures, de classes et de géographies différentes. Ensemble (juntas) elles sont les actrices de leur propre histoire . Au sein d’une pensée plastique organique et située, Alicia Paz rassemble les géographies, les temporalités, les expériences et les luttes des protagonistes représentées. Loin d’une éternelle représentation patriarcale où les femmes sont envisagées comme des objets, sensuels, silencieux et dociles, ici, les femmes s’expriment activement et revendiquent une histoire partagée.
https://www.mal217.org/


6. Le Bon Marché Rive Gauche met à l’honneur, à partir du 8 janvier 2022, l’artiste turc Mehmet Ali Uysal à l’occasion de l’exposition Su. L’œuvre puissante et évocatrice de Mehmet Ali Uysal résonne particulièrement avec les enjeux écologiques actuels et vise à mettre en lumière les menaces qui pèsent sur les poumons de la planète. L’artiste choisi, pour matérialiser l’urgence de la situation, de transformer le grand magasin en un vaste monde envahi par la montée des eaux. « Su » signifie « eau » dans sa langue natale et devient le fil conducteur de cette nouvelle exposition carte blanche.
Au cœur du bâtiment, Mehmet Ali Uysal déploie d’immenses icebergs suspendus aux verrières centrales du magasin. Ces cathédrales de glace brisent le silence par leur imposante matérialité. Architecte de formation et diplômé en sculpture de l’Ecole des Beaux-Arts d’Ankara, Mehmet Ali Uysal conçoit des installations qui déjouent notre perception de l’espace. Il provoque de surprenantes rencontres entre formes et matières et propose de subtiles relations entre ses œuvres et le visiteur. Le terme « vêlage » indique la naissance d’un iceberg et décrit le moment où le bloc de glace se détache du glacier pour rejoindre l’océan. Plongé sous l’eau par Mehmet Ali Uysal, le Bon Marché Rive Gauche abrite la partie immergée de ces géants venus du froid.
https://www.24s.com/fr-fr/le-bon-marche

 

 

   




  












    





LIENS & PARTENAIRES / LINKS & PARTNERS


> Photo
guides & actualité
http://www.photolinks.ch
http://www.galerie-photo.com
http://www.actuphoto.com
http://www.photoarts.com

collectifs & associations
http://www.2visu.org
http://www.tendancefloue.net
http://www.voiesoff.com
http://www.revue.com
http://www.sub.coop
http://www.imagesandco.com
http://www.sophot.com
http://purpose.revue.free.fr
http://www.documentsdartistes.org
http://www.artnet.fr/magazine/livres/caujolle/ackerman.asp

institutions
http://www.gensdimages.com
http://www.contretype.org
http://www.museeniepce.com
http://videos.arte.tv/fr/videos/christophe_agou_face_au_silence-4017702.htm

agences
http://www.agencevu.com
http://www.magnumphotos.com
http://www.viiphoto.com

> Vidéo, cinéma, sound, graphism
http://www.ina.fr
http://www.theoneminutesjr.org
http://www.lesondujour.com
http://www.flightradar24.com
http://www.vimeo.com/15203705
http://www.youtube.com/watch?v=Q_uaI28LGJk&feature=related
http://eva-truffaut.blogspot.com/search/label/riceboy%20sleeps

La fille sur le pont by Patrice Leconte.
http://www.youtube.com/watch?v=WxCSQY4zskg
http://www.youtube.com/watch?v=g_0E_sz8Z9M&feature=related

Tess by Roman Polanski
http://www.youtube.com/watch?v=60aBPBS6flE

Les choses de la vie by Claude Sautet
http://www.youtube.com/watch?v=xqsKdmUk7JI

In the mood for love by Wong Kar Wai
http://www.youtube.com/watch?v=fC7_QdLwcJw

La marche de l'empereur Music by d'Emily Simon
http://www.youtube.com/watch?v=jZD2rFLbX2c

Le temps des gitans d'Emir Kusturica
http://www.youtube.com/watch?v=f82OBZ6cPQo
http://www.dailymotion.com/video/x34amx_le-temps-des-gitans_creation

Talons aiguilles by Pedro Almodovar
http://www.dailymotion.com/video/x3dv34_luz-casal-piensa-en-mi_music

La double vie de Véronique by Krzysztof Kieslowski
https://www.youtube.com/watch?v=TEVlDb43v-4

> Musique

Vincent Delerm, spectacle "Martin Parr"
http://www.dailymotion.com/video/x760mv_vincent-delerm-martin-parr_music

Vincent Delerm, les gens qui doutent
http://www.youtube.com/watch?v=fFE8n_iOC0A

Christophe, comme un interdit
http://www.youtube.com/watch?v=5cy7sedELcg&feature=related

Leonard Cohen, I'm your man
https://www.youtube.com/watch?v=dHDiIl3hDgw

Serge Gainsbourg
http://www.youtube.com/watch?v=E8ZCvYg5-ZQ

Lhasa de Selva
http://www.youtube.com/watch?v=8gJZtv9rLTc&feature=related

Rokia Trahoré
http://www.youtube.com/watch?v=Ak0yuzhn1dg

Barbara, la salle des ventes
http://www.youtube.com/watch?v=g5ZPFuEkgyM

La Traviata de Giuseppe Verdi
http://www.youtube.com/watch?v=CmcG8fcVWkk

Stabat Mater de Pergolesi
http://www.youtube.com/watch?v=vLKw6kSOqIw

Carmina Burana de Karl off
http://www.youtube.com/watch?v=8je1w4LI5Ck